Garage solidaire

Sommaire

Entretenir son véhicule par l'intermédiaire d'un garage solidaire est un concept original accessible à tous. Cette solution apporte des avantages à l'utilisateur, notamment sur le plan pécuniaire.

Mais comment fonctionne ce type de garage, et quels sont les tarifs pratiqués ? Réponses maintenant.

Qu'est-ce qu'un garage solidaire ?

Un garage solidaire appelé également garage associatif ou garage participatif, est une structure qui permet d'intervenir soi-même sur son véhicule ou de faire appel à un spécialiste pour une intervention à moindre coût.

Ce concept peut être géré différemment selon les cas, à savoir : par un professionnel, par un particulier, par une association. Les garages solidaires sont ouverts aussi bien aux mécano expérimentés qu'aux débutants qui désirent s'initier à la réparation automobile en bénéficiant des conseils d'un spécialiste.

Bon à savoir : les garages solidaires sont financés partiellement par des aides de l'État ou subventions, au même titre que toute association.

Fonctionnement d'un garage solidaire

Comme toute association, un garage solidaire est régi par la loi de 1901. Il est administré par les membres du bureau, tels que le président, la secrétaire ou le trésorier. Pour gérer un garage solidaire, une assurance Responsabilité Civile professionnelle est obligatoire.

Bon à savoir : l'association peut avoir recours à un ou plusieurs salariés. Dans tous les cas, une comptabilité doit être tenue.

Garage solidaire : prix et prestations

Le tarif des différentes prestations proposées par un garage solidaire varie selon la situation financière et le coefficient familial de l'utilisateur. Accéder à ce type d'établissement représente une économie pouvant atteindre 40 % par rapport au tarif appliqué par un garage conventionnel.

Pour utiliser ce type de service, il est nécessaire de s'acquitter d'une cotisation à laquelle s'ajoutent :

  • le coût horaire de la location du pont ou de l'emplacement dans l'atelier ;
  • la mise à disposition de l'outillage ;
  • le prix des pièces mécaniques si elles sont fournies par le garage ;
  • le coût de la main-d’œuvre dans le cas où les travaux sont effectués par un mécanicien confirmé ;
  • la formation théorique et/ou pratique en réparation automobile pour ceux qui le souhaitent ;
  • les prestations annexes.

 La cotisation varie entre 10 et 150 €, et le tarif horaire généralement pratiqué par un garage solidaire est inférieur à 10 €.

Bon à savoir : depuis le 1er janvier 2017, les garagistes ont l'obligation de proposer dans certains cas des pièces d'occasion à la place de pièces neuves (article L. 224-67 du Code de la consommation). Ces pièces d'occasion sont issues des casses automobiles (centres VHU) ou remises en état par les constructeurs. L'obligation s'applique aux pièces suivantes (article R. 224-25 du Code de la consommation, issu du décret n° 2016-1890 du 27 décembre 2016) : pièces de carrosserie amovible ; pièces de garnissage intérieur et de sellerie ; pièces optiques ; vitrages non collés ; certaines pièces mécaniques ou électroniques. Cette obligation ne s'applique pas lorsque le garagiste intervient à titre gratuit (garantie ou mesure de rappel), si le délai est trop important ou si la pièce fait courir un risque pour l'environnement, la sécurité routière ou la santé publique. Un arrêté du 8 octobre 2018 précise les modalités d’information des consommateurs par les réparateurs automobiles, en matière de disponibilité des pièces issues de l’économie circulaire (notamment par affichage).

À noter : le site mesaidesverslemploi.fr recense l’ensemble des aides au financement du permis de conduire, à l’achat, à la réparation et à la location de véhicules, à l’acquisition de vélos électriques, les garages solidaires et les plateformes mobilités. Il est dédié aux personnes qui recherchent un emploi et qui rencontrent des problèmes liés à la mobilité (pas de permis de conduire, pas de véhicule, véhicule en panne, etc.).

Pour aller plus loin sur le sujet :

Nouveau call-to-action

Ces pros peuvent vous aider