Kit hydrogène

Sommaire

Sur les moteurs essence ou diesel, le kit hydrogène est censé apporter, selon ses promoteurs, 20 à 30 % d'économie de carburant. Ce type de kit se  « greffe » à un moteur traditionnel, mais son efficacité reste à prouver, et il risque fort de nuire à la garantie de votre véhicule.

Kit hydrogène : qu'est-ce que c'est ?

Définition

Le kit « hydrogène », tel qu'il est proposé dans le commerce, a un nom trompeur. En effet, l'appellation de kit hydrogène ne peut que définir un type de véhicule électrique.

Dans ce cas, l'utilisation de l'hydrogène étant encore expérimentale en automobile, un « vrai » hydrogène serait installé sur un véhicule électrique dans le but de lui fournir l'énergie électrique nécessaire via une pile à combustible alimentée par l'hydrogène.

Pour notre part, nous allons utiliser ce terme de kit « hydrogène » avec guillemets, pour plus de simplicité, sachant qu'il s'agit plutôt de kits adaptables économiseurs de carburant, uniquement greffés sur des moteurs à combustion interne (essence et diesel).

Principe de fonctionnement

A partir d'une réserve d'eau déminéralisée, on produit de l'hydrogène. L'eau (H²O) additionnée de sels de potassium (KOH) est traversée par un courant d'électrolyse qui dissocie les molécules existantes pour former des molécules d'hydrogène et oxygène (HHO). Ce gaz est ensuite dirigé vers le circuit d'air du moteur pour modifier la combustion.

Une nourrice de 1 L stocke l'électrolyte (eau + sels). Elle est reliée à un générateur alimenté par la batterie du véhicule. L'hydrogène est acheminé par une conduite à la durite d'alimentation en air du moteur, après le débitmètre.

Achat et coût

Pour un véhicule de tourisme, suivant sa cylindrée, le kit coûte entre 150 et 250 €, l'installation étant aisée pour un amateur éclairé. Effectuée par un professionnel, elle revient à 400 € en moyenne.

Les sociétés les plus connues sont Flexfuel qui commercialise un kit « hydrogène » ou HHO Plus, spécialisé dans ce type de kit.

Faut-il s'équiper d'un kit « hydrogène » ?

Efficacité

Les promoteurs de ce système annoncent une économie de carburant. Bien qu'il soit impossible d'avoir des résultats de mesure d'efficacité fiables, il est plausible que l'hydrogène apporte une meilleure combustion et donc de l'énergie calorifique supplémentaire et un rendement amélioré.

Bon à savoir : la consommation électrique du générateur, voisine de 25 A contribue à une perte de puissance de 0,5 ch, une consommation supplémentaire de carburant, et une production continue de l'alternateur qui nuit à sa longévité.

Émissions

C'est un argument souvent mis en évidence, mais faux. Utilisé comme carburant, l'hydrogène, en augmentant la température de combustion, accentue notamment la production des oxydes d'azote, qui peuvent causer des troubles respiratoires.

De même, il ne diminue pas le taux de CO², puisqu'il se superpose au carburant existant qui est le producteur de ce CO².

Réglementation et législation

Il n'existe pas de législation encadrant ces kits d'apport d'hydrogène ; à l'appui, le Rapport de l'Assemblée Nationale du 19 décembre 2013, relatif à « l'hydrogène, vecteur de la transition énergétique ? » qui fait le bilan de l'utilisation de l'hydrogène dans tous les domaines, ne consacre aucun article à ce type de dispositif.

Les DREAL (Directions Régionales de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement), s'appuyant sur l'article R322-8 du Code de la Route, précisent que « toute transformation notable d’un véhicule doit faire l’objet d’une réception par la DREAL (notamment la modification affectant l'énergie, les émissions polluantes) ».

Sachant que ce type d'équipement n'est pas homologué par l'administration, ce dispositif est donc hors-la-loi. Le véhicule modifié, ne pouvant être réceptionné à titre isolé, ne concorde plus avec la carte grise.

Bon à savoir : le montage d'un tel dispositif implique l'annulation de la garantie constructeur.

Lire l'article

Nouveau call-to-action

Ces pros peuvent vous aider