Tringlerie de boîte de vitesse

Sommaire

Beaucoup de véhicules sont maintenant équipés de boîtes de vitesses robotisées ou de boîtes automatiques. Pour autant, la boîte manuelle n'a pas dit son dernier mot. Contrairement à ce qui se passe pour les autres technologies, c'est le conducteur qui actionne le passage des vitesses, grâce à la tringlerie de boîte de vitesses.

Tringlerie de boîte de vitesse : un peu de technique

Que ce soit avec les boîtes robotisées (ce sont les mêmes mécanismes à l'intérieur de la boîte) ou avec les boites manuelles, la sélection des vitesses se fait en deux phases à l'aide d’axes de sélection :

  • sélection de l'axe de vitesses : de manière générale, 1 axe commande 2 vitesses :
    • axe de sélection de 1° et 2° vitesses ;
    • axe de sélection de 3° et 4° vitesses ;
    • axe de sélection de 5° et marche arrière.
  • sélection de la vitesse désirée : lorsque la vitesse est sélectionnée, en même temps que les autres axes sont verrouillés (pour éviter de passer 2 vitesses à la fois), le processus d'engagement de la vitesse s'effectue (synchronisation).

Alors que sur les boîtes robotisées, ces 2 phases sont opérées par des actionneurs électriques ou électro-hydrauliques, sur les boîtes manuelles, elles sont réalisées par un système mécanique en liaison avec le levier de vitesses : c'est la tringlerie de boîte de vitesses.

Différents systèmes de tringleries de boîtes de vitesses

La cinématique de commande est très complexe : les 2 mouvements longitudinaux et transversaux du levier de vitesses en position centrale doivent être transmis à 1 ou plusieurs leviers de commande placés latéralement sur les motorisations transversales modernes.

De plus, les mécanismes de tringlerie ne doivent pas être trop exposés sous le véhicule, ce qui aboutit à des solutions différentes suivant les cas.

Commande par timonerie

Elle est constituée de leviers métalliques, de renvois et rotules d'articulations, avec sur les anciens modèles des systèmes de réglage pour optimiser la position du levier et le passage des vitesses.

C'est un système très exposé et dont la maintenance se caractérise par des remplacements relativement fréquents de biellettes et de rotules.

Bon à savoir : généralement, le coût de cette maintenance reste accessible : compter un prix moyen de 40 € pour une biellette et un temps de main-d’œuvre équivalent à 1/2 heure (pour des tarifs exacts, demander un devis aux professionnels).

Commande par câbles

C'est la tendance actuelle : les 2 phases de commande s'effectuent à l'aide de 2 câbles. L'intérêt est double :

  • les câbles peuvent être plus facilement positionnés sous le véhicule et mieux protégés ;
  • ils évitent les renvois complexes du système précédent.

La maintenance s'en trouve facilitée : plus d'usure prématurée d'articulations mécaniques. De plus, ces câbles sont montés avec une gaine interne en téflon ne nécessitant pas de graissage. Il suffit de vérifier visuellement l'état des gaines et l'éventuelle dureté de passage des vitesses.

Attention : ne jamais graisser des câbles avec des gaines téflon !

Un ensemble de câbles pour une berline se négociera chez un distributeur de pièces détachées entre 75 et 100 €.

Souvent, on trouve associées aux câbles 1 ou 2 biellettes de sélection côté boîte, qui sont d’ailleurs souvent à remplacer (en moyenne 30 € pièce).

Pour en savoir plus :

Nouveau call-to-action

Ces pros peuvent vous aider