Consommation anormale d'huile moteur

Sommaire

La plupart des moteurs consomment de l’huile raisonnablement. Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter lorsque le niveau d’huile baisse légèrement après avoir effectué plusieurs milliers de kilomètres. En revanche, une baisse importante de lubrifiant peut s’avérer inquiétante et témoigne d’une consommation anormale d’huile moteur.

Consommation anormale d’huile moteur : dans quels cas ?

Une consommation d’huile se manifeste par la disparition de lubrifiant à l’intérieur du moteur lorsqu'il fonctionne. Cette légère consommation est nécessaire afin de réduire le frottement et l’usure des pièces mécaniques. L’huile moteur assure donc le bon fonctionnement des organes.

Toutefois, une consommation excessive d’huile doit alerter. Il faut rapidement analyser les symptômes, car une importante fuite (ou consommation) d’huile peut avoir des conséquences très graves sur la plupart des organes moteur. Cette perte est décelable lorsque le véhicule est à l’arrêt. Elle est en effet visible sur le sol, au niveau du bloc moteur.

Il est alors impératif de vérifier le niveau de l’huile dans le carter en prenant soin d’attendre que le moteur soit froid :

  • sortez la jauge ;
  • essuyez-la avec un chiffon propre ;
  • plongez-la dans son compartiment ;
  • retirez-la une nouvelle fois sans l’essuyer pour y constater la trace laissée par l’huile.

Cette trace doit se situer entre les graduations mini et maxi. En-dessous du niveau minimal, le moteur est mal lubrifié et, par voie de conséquence, le risque de couler une bielle est fort probable.

Bon à savoir : en cas de manque d’huile dans le moteur, le témoin lumineux spécifique du tableau de bord s’allume pour alerter le conducteur.

Consommation anormale d’huile moteur : causes, diagnostics, symptômes

Les différentes causes d’insuffisance de lubrifiant peuvent provenir de multiples pièces.

Le joint de culasse

Lorsqu'il est défectueux, il laisse passer l’huile vers l’extérieur. Un mélange eau/huile dû au passage du lubrifiant dans le circuit de refroidissement entraîne une fuite. Il est important d’analyser l’état du liquide de refroidissement et de l’huile moteur pour constater un problème au niveau du joint de culasse.

Le carter ou le joint de carter

Une simple fissure du carter ou une défectuosité de son joint peut occasionner une fuite d’huile visible sur le sol.

Le filtre à huile

Le filtre à huile doit être changé à chaque vidange afin de limiter la perte d’huile dès qu’il est usagé.

Le cache-culbuteur

Lorsque le cache-culbuteur est défectueux, un problème d’étanchéité intervient. Dès lors, l’huile moteur s’évacue petit à petit au niveau du joint de la pièce.

Les joints SPI

Les joints SPI sont situés dans la zone de l’arbre à came et du vilebrequin. Ils permettent de cloisonner l’intérieur et l’extérieur du moteur. Une fuite peut se révéler au niveau de la distribution et de la pompe à huile.

Le radiateur d’huile et l’échangeur huile/eau

Certains modèles de véhicules récents sont équipés d’un système de refroidissement d’huile moteur pouvant laisser apparaître une perte de lubrifiant.

Les vis de purge du carter

Les vis de purge du carter peuvent être usées ou mal serrées, conduisant à un écoulement de l’huile moteur au sol, sous le carter.

Les segments

Lorsque les segments sont défectueux, l’huile contenue dans le carter entre dans la chambre de combustion, réduisant ainsi la compression du moteur.

Le reniflard

Un écoulement d’huile peut apparaître dès lors que le circuit du reniflard est endommagé.

Les pistons et cylindres

Un problème d’étanchéité peut être la cause d’une consommation anormale d’huile moteur.

Une viscosité de l’huile moteur

Un moteur usé peut être la source d’une huile trop fluide, entraînant une consommation hors norme de lubrifiant. Dans ce cas, mieux vaut utiliser une huile plus visqueuse.

Une queue de soupape endommagée

L’huile qui s’échappe de la queue de soupape est brûlée dans le cylindre, provoquant une insuffisance de lubrifiant au fil du temps. Une fumée bleutée et malodorante apparaît à l’échappement.

Important : il est inutile de s’inquiéter lorsque le véhicule consomme moins d’1 litre d’huile pour 1 000 kilomètres effectués. Il suffit de compléter régulièrement le niveau en choisissant une huile moteur de bonne qualité. Pour ce faire, mieux vaut tenir compte des préconisations du constructeur automobile.

Entretien et réparations en cas de consommation anormale d’huile moteur

Lorsqu’une consommation anormale d’huile moteur est constatée, il est indispensable de contacter un professionnel de la mécanique. Il détectera la pièce défectueuse et assurera la réparation qui s’impose.

La plupart des pièces incriminées ne sont pas réparables. Aussi, leur remplacement est le plus souvent envisagé. La dépense à prévoir est liée au type de pièce, mais aussi au modèle de véhicule et au coût de la main d’œuvre.

Voici, à titre d’exemple, le tarif de quelques pièces principales.

Pièces à remplacer Prix moyen
Jeu de 2 joints de queue de soupape entre 10 et 20 €
Cylindre de piston de 30 à 80 € le kit
Segment entre 60 et 80 €
Joint de culasse de 30 à 50 €
Cache-culbuteur à partir de 30 €
Filtre à huile de 15 à 30 €

Attention : le prix de la main d’œuvre est à ajouter à celui de la pièce. Le tarif des prestations est généralement compris entre 50 et 80 € l'heure. Selon l’origine de la consommation anormale d’huile moteur, le budget à prévoir peut être compris entre 100 et 1 500 € pour les frais de réparations.

Comment réduire la consommation anormale d’huile moteur ?

Pour éviter une consommation anormale d’huile moteur, il est préconisé d’adopter une conduite sage, que ce soit en parcours urbain, sur route ou sur autoroute. En effet, un véhicule qui roule à une allure modérée consomme moins d’huile que celui qui est constamment sollicité par une conduite sportive ou à vitesse élevée.

D’autre part, la température extérieure a également une influence sur l’huile moteur. Elle ne doit pas être trop basse ni trop élevée, au risque que le conducteur soit confronté à une consommation excessive d’huile moteur.

À noter : les moteurs Diesel récents ont souvent tendance à consommer davantage d’huile en début de vie que les moteurs Essence ; c'est un phénomène qui s’estompe après 1 ou 2 ans d’utilisation.

 

 

Nouveau call-to-action

Ces pros peuvent vous aider